DSCN2010Le Paradis Marin … un nom que certains trouveraient peut-être un peu trop pompeux … et pourtant, dès le premier matin, alors qu’on sort difficilement d’un profond sommeil et qu’on entend les premiers souffles des baleines, on se laisse croire que, oui, nous sommes bien dans un lieu unique.
Le Paradis Marin est notre lieu de recueillement avec le fleuve, ses habitants marins, sa nature sauvage. Beau temps, mauvais temps, nous y trouvons toujours une sérénité qui nous fait oublier le quotidien. Alors pour cette longue fin de semaine de congé, nous avions choisi d’y passer des petites vacances. Depuis plusieurs semaines, Daniel avait lancé les invitations pour la pratique du kayak. Les températures très moyennes des derniers jours et les prévisions météorologiques pour la fin de semaine ne nous ont pas découragées. Par habitude, nous savons qu’au Paradis Marin tout est unique quelle que soit la température.

DSCN2011Des amis

Après une traversée manquée à Trois-Pistoles pour cause de mauvais temps … Nous avons fait demi-tour vers Rivière-du-Loup et traversé le fleuve jusqu'à Saint-Siméon. De l’autre côté, nous devions retrouver Châtelaine et Simon. Le rendez-vous était aussi donné à Louis-Vincent et Frédérique, ainsi que Babas et Marie-Hélène. Tous avaient été amplement séduits par les différentes présentations de Daniel!

Difficile d’imaginer un temps aussi maussade … durant les trois jours, pas un moment de répit, pas une éclaircie, donc pas une occasion de sorties sécuritaires sur le fleuve. Le séjour a été écourté pour Louis-Vincent, Frédérique, Babas et Marie-Hélène. Mais de mon côté, j’ai profité de l’environnement côtier pour faire de belles courses. D’abord avec Châtelaine, puis seule, Daniel préférant assurer sa cicatrisation.

DSCN2016Spectacle féerique

Trois jours à regarder le fleuve et point de baleines en vue … mais la faune et la flore sont si éclectiques dans ce paysage marin que nous avons pu bénéficier d’un spectacle unique samedi soir. Les vents toujours dominants rendaient le fleuve très agité, mais alors que nous rejoignions notre tente, nous avons observé une mise en scène féerique : à défaut de nous offrir les mammifères marins tant convoités, le fleuve nous a proposé un spectacle de bioluminescence extraordinaire. Les vagues lumineuses venaient s’échoir sur les immenses pierres et déroulaient leurs tapis de paillettes sur nos pieds. Malheureusement, aucunes photos ne pouvaient immortaliser cette féerie.

DSCN2027Rencontre non-souhaitée

Les courses en forêt sont mon pêché mignon … jusqu'à cette rencontre plutôt apeurante. Dimanche soir, après avoir vu courir tous ces joueurs de foot à l’euro 2008, j’ai voulu me délayer les jambes sur la piste cyclable. J’étais comme à l’habitude dans ma bulle lorsqu’au détour d’une courbe, j’aperçois à 200m environ un ours en train de chercher ses petits fruits de dessert. Tout s’est passé très vite, à un point tel que je n’ai pas réagi comme il l’est conseillé en pareille circonstance. J’ai pris la fuite en faisant demi-tour. J’ai alors enchaîné un sprint en battant tous mes records… Je n’ai même pas osé perdre mon temps pour me retourner, trop peur de le voir me courser. Manquant de souffle, il a bien fallu que je ralentisse, mais je me suis sentie en sécurité qu’après avoir retrouvé Daniel et lui ai expliqué ma mésaventure. Évidemment, après une telle expérience, tous les conseils fusent : il faut grimper à un arbre, il faut lui faire peur, il ne faut pas fuir, … Des conseils bien faciles à donner lorsqu’on n’a pas eu à vivre une telle rencontre.

DSCN2030Baie des roches

Ce que je trouve le plus triste dans ma rencontre, c’est que j’ai l’impression d’ avoir perdu cette liberté, cette naïveté qui rendaient mes courses si agréables. Nous ne devons pas nous permettre d’être imprudents. Le lendemain, alors que nous retournions prendre le traversier, nous avons fait une bifurcation à Baie des Roches. Il s’agit d’une petite baie près de Saint-Siméon où il est très facile de mettre à l’eau. Mais le froid persistant, nous avons opté pour une course en nature, plutôt rassurante pour moi puisque j’étais accompagnée de Daniel. Nous avons trouvé un beau sentier qui nous a rappelé l’Ultimate de la semaine dernière.