medailles_defiCette 4ème édition du Défi des escaliers, mais cette 3ème participation pour nous est incontestablement la plus réussie de toutes!

Et même si la météo n’était vraiment pas coopérante, Daniel et moi sommes tous les deux d’accord pour dire que l’organisation a réussi à trouver le format idéal de cette course unique au Québec.

 

Le parcours du Super Défi et son organisation ont été les plus accomplis de toutes les précédentes éditions, et ce pour plusieurs raisons :

-          Un parcours sans ambiguïté, clair, qui ne se recoupait pas et qui a donc évité bien des confusions (Rappel : l’année dernière Daniel avait été mis en doute par un participant et s’était rajouté au moins 1km…)

-          Un circuit savamment étudié qui résultait en une grande boucle avec comme point départ et d’arrivée, le plus beau parc de la ville selon moi : le parc du Bois-de-Coulonge. Le plus beau avec ses immenses arbres qui nous donnent la belle impression d’être perdus en forêt! Quant à la distribution des escaliers et des sections de course, elle permettait de bien doser l’effort.

-          Des organisateurs, des bénévoles, des policiers aux faits de la compétition. C’est bête à dire, mais avoir des indications claires et précises des personnes sur le parcours fait une grosse différence. Par exemple lorsqu’on arrive en bas d’un escalier pour le grimper, se faire dire qu’en haut c’est à droite ou à gauche ça aide beaucoup.

 

Arrivés à l’heure cette fois, nous avons pu nous stationner sans problème proche du parc.

Après le rituel retrait de dossard – pause pipi – échauffement, nous nous sommes dirigés vers le départ. Cette année, il se faisait par vague de 8 coureurs toutes les 12 secondes. Nous sommes donc partis ensemble, Daniel et moi, mais très vite il a pris son allure de gazelle et s’est éloigné. Nous avions pris le temps d’étudier le parcours, je savais alors que sur les deux premiers kilomètres nous descendions vers le premier escalier, je suis donc partie à un bon rythme. En fait ce fut un départ très stimulant parce que partie 15 minutes après la première vague, je commençais déjà à rattraper des coureurs.

Après plusieurs escaliers et sections de course, j’avais toujours les jambes fortes. Mais très vite je me suis rendue compte que je n’avais aucune efficacité dans les escaliers, que ce soit en montant ou en descendant. Par contre, j’étais capable de relancer sur les sections de course. Je l’ai réalisé grâce à un coureur : alors qu’il réussissait à me dépasser dans les escaliers, j’étais capable de le rattraper et de le dépasser en course. J’ai donc joué avec cette alternance. Et très vite (enfin après 1h10 de course environ… mais on perd vite la notion du temps dans Québec!), je me suis retrouvée en bas du fameux escalier du Cap Blanc. Un petit bonjour à Jean-Charles, fidèle organisateur de Courir à Québec, et hop s’était parti pour l’ascension des 398 marches. Cette section, comme par les années précédentes, était chronométrée pour l’épreuve du meilleur grimpeur. Mais je me suis contentée de prendre un rythme et de le maintenir. Elle est dure cette ascension, mais j’ai tenu le coup et j’ai constaté que j’avais fait une belle progression par rapport aux dernières éditions (2010: 4:12 ; 2011: 3:51; 2012: 3:18).

Arrivée en haut, j’étais d’attaque pour tenter un sprint endiablé! Sérieusement, je me suis surprise moi-même. Mes jambes répondaient et en redemandaient! J’ai donc réussi à dépasser encore bon nombre de participants (et semer mon coureur!!!). Il restait encore 2,5 kilomètres avant l’arrivée. J’ai donc essayé de maintenir l’allure, mais c’était difficile. Et puis je suis rentrée dans le bois, c’était dur, mais c’était la fin et il fallait tout donner!

J’ai passé la ligne d’arrivée en 1h37min06s forte et contente!

J’ai tout de suite retrouvé Daniel qui était là, arrivé près de 7 minutes avant moi.

Difficile de se donner un objectif en terme de temps pour cette course, mais mon souhait était de baisser mon allure moyenne. Ce que j’ai réussi : 5:07/km versus 5:39/km en 2011, avec 3 kilomètres de plus à parcourir!

Daniel aussi a réussi son objectif qu’il s’était fixé avec une superbe allure de 4:47/km, versus 4:55/km en 2011.

 

emi         Dan

Des photos ordinaires devant des édifices extraordinaires

Les résultats

Alors que nous avions été épargnés durant l’épreuve, voilà qu’il s’est mis à pleuvoir… Après nous être changés, nous sommes allés consulter les premiers résultats. Ils étaient plus que provisoires : à cause des départs échelonnés, il fallait attendre que tous les coureurs soient rentrés. Mais un premier aperçu nous a donné une bonne idée. Et nous étions contents de constater que nous avions réalisé nos deuxièmes objectifs (terminer dans le top 20 de notre catégorie) : 5ème pour Daniel et 3ème pour moi. Nous avons ramassé notre lunch et décidés de partir.

Ce n’est que sur la route que nous avons constaté que j’avais aussi terminé 3ème chez les femmes dans l’épreuve du sprint et que j’avais donc manqué le podium…!

 

Émilie

Super Défi des escaliers, 19km - 3000 marches - 37 escaliers

Temps : 1:37:06.8  (5:07/km)

58/480 participants

7/145 Femmes

3/40 Femmes 30 - 39 

 

Super Défi des escaliers – Grimpeur (escalier du Cap-Blanc, 398 marches)

Temps : 3:18.3 

123/480 participants

12/145 Femmes

5/40 Femme 30 – 39

 

Super Défi des escaliers – Sprinter (fin escalier du Cap-Blanc)

Temps : 17:18.4 

30/480

3/1451 Femmes

2/40 Femme 30 – 39

 

 

Daniel

Super Défi des escaliers, 16km - 3000 marches - 37 escaliers

Temps : 1:30:48.7 (4:47 /km)

14/480 participants

14/335 Hommes

5/91  Hommes 40 – 49

 

Super Défi des escaliers – Grimpeur (escalier du Cap-Blanc, 398 marches)

Temps : 3:09.6 

96/480

87/333 Hommes

22/91 Homme 40 – 49

 

Super Défi des escaliers – Sprinter (fin escalier du Cap-Blanc)

Temps : 16:20.3 

12/480 participants

12/335 Hommes

2/91 Homme 40 – 49

 

On parle de nous:

Le Placoteux, mardi 5 mai 2012