m_daillesAprès avoir couru la Descente Royale, j’aurais dû faire un compte rendu assez similaire à celui de l’année dernière … sauf que là, surprise, nous voilà sur un tout autre parcours! D’abord on déménage et on se retrouve sur la Rive-Sud de Québec, à Lévis! Ensuite, on oublie la « descente » et on se retrouve sur la piste cyclable des Anses, un circuit bien moins rapide.

En raison du conflit entre la ville de Québec et ses cols bleus, la ville ne permettait pas de tenir l'événement à Beauport. Au lieu d’annuler l’évènement, les organisateurs ont trouvé une entente avec la ville de Lévis et c’est sur la piste cyclable (l’ancien parcours de la Course des Fantômes) que s’est tenue à 39ème édition de la « Descente Royale ».

Nous avons appris la nouvelle mercredi. Personnellement, j’ai trouvé cette annonce de bon adon : après le marathon et le demi-marathon, j’avais repris l’entraînement de vitesse et je souhaitais me tester sur un 10km. Inscrite à la Descente Royale, l’objectif était d’améliorer ma marque sur le même parcours tout en gardant en tête que le temps final n’était significatif que pour cet évènement. Alors quand la nouvelle est tombée mercredi, j’ai trouvé l’occasion parfaite pour effectuer mon test.

De son côté Daniel a changé toute sa stratégie de fin de semaine. Il a alors décidé de participer au duathlon du Lac Beauport (plus tôt, il avait abandonné l’idée d’y être lorsque l’on avait constaté que les deux courses étaient la même fin de semaine), changé sa distance à la Descente Royale (5km pour le 10km) et commencé à travailler son allure pour son futur projet. Sa participation à la Descente était alors une sortie récup post-duathlon et une sortie test pour le marathon des Deux Rives.

Samedi, comme nous étions à Québec pour le duathlon, nous avons pu récupérer nos dossards. C’était une étape en moins le dimanche matin et ainsi, dès que nous sommes arrivés sur place nous avons pris l’autobus qui nous menait au site de départ. Arrivée avec seulement 30 minutes d’avance, je m’enligne directement dans la file des toilettes. Et là, ce fut l’interminable attente … Vraiment, je ne sais pas ce qu’il s’est passé, mais je suis restée dans la file 26 minutes! J’ai juste eu l’occasion de quitter mon rang pour aller porter mon sac parce que je voyais le temps passer et mon tour qui n’arrivait pas. Finalement, mon réchauffement est passé à la trappe et dès la sortie des toilettes, à 8h26, je n’ai pas eu le choix de me rendre vers le départ. Un simili jogging m’a donné l’impression de me préparer, mais c’est bien à froid que j’allais prendre le départ …

Découragée et assez impatiente sur les dernières courses de devoir toujours slalomer sur le premier kilomètre, j’avais décidé de me placer avec les premiers coureurs. Sauf que là j’arrive trop tard … Je réussis à m’avancer vers les drapeaux du départ du mieux que je peux. En fait,  jusqu’à ce que je vois qu’il y a déjà une vague d’organisée. Je veux m’y infiltrer, mais un bénévole obstiné m’en empêche …  Toutefois, de là où je suis, j’ai une bonne place puisque je suis sur la première ligne pour le départ de la seconde vague. Nous attendons près d’une minute après la première vague et je trouve ça assez drôle de me prendre pour une vraie, pied sur le tapis, mains sur le chrono, prête à décoller au coup d’envoi!

Deuxième départ lancé, je pars sur les chapeaux de roue! Les premiers 1,5 kilomètre sont descendants et nous sommes à l’ombre, mais je sens les mollets lourds. Arrivée au traversier de Lévis je constate que suis peut-être partie un peu trop vite. Nous débutons une section plate et chaude et bien que je rattrape des coureurs, je me sens vraiment en dette. Néanmoins, je garde à l’esprit de conserver mon allure et je décide sur le champ de ne pas descendre en bas de 4:10/km. Très très ambitieux comme stratégie, mais c’est aussi un 10km et c’est le moment de pousser la machine!

Bien vite, je réalise qu’il n’y a pas de comparaison à faire avec la « vraie » Descente Royale, que nous sommes là par solution de rechange. Toutefois, la stratégie adoptée roule rondement et n’est pas vraiment respectée puisque je passe les premiers 5km en 20:00!

dan emilie

Alors que Daniel s'amuse, je sprinte!

Mais la suite va se corser dure … Les faux plats sont plus nombreux, les coins d’ombres plus rares et le soleil plus insistant. Je veux conserver le rythme, mais je perds des plumes au fil des kilomètres. Ma seule motivation encore une fois est d’aller chercher des coureurs. Au dernier kilomètre, je me rappelle qu’il y a une dernière petite montée avant la fin descendante vers l’entrée du collège. J’essaye de raccourcir ma foulée, puis je sors les lions. Une épingle à cheveux (le virage pas la barrette!) vient tout foutre en l’air et casse la belle lancée! Mais la fin est proche et les encouragements plus nombreux. Dernier sprint en avant du chrono où je vois 43 minutes et des poussières. Passé les tapis, je calcule vite vite en sachant que je suis partie dans la seconde vague avec 1 minute de plus, je crois donc que je suis à 42 minutes et des poussières. Mais, oh! surprise, lorsque je regarde la montre : 41 minutes et 23 secondes (temps officiel de la puce 41:24). Je ne le réalise pas encore, c’est Daniel qui me le fera remarquer, mais c’est un PB!

 

Daniel_Lepage___milie_Labrosse_et_Jo_lle_H_bert

Des coureurs contents qui se tiennent à l'ombre

 

À l’arrivée nous retrouvons Joëlle venue pour le 5 kilomètres. Même si elle est déçue de son temps, on apprendra plus tard qu’elle termine sur le podium en 3ème position chez les femmes.

Daniel termine dans son objectif en 44:51. 

Avant de partir, nous consultons les résultats pour constater que je termine 4ème chez les filles. Quand même bien assez loin du peloton de tête, mais 2ème dans ma catégorie d’âge.

Résultats

Émilie

Temps : 41:24 (4:09/km)

54/1441 Participants

4/740 Femmes

2/289 Femmes 30-39 ans

Daniel

Temps : 44:51 (4:30/km)

133/1441 Participants

117/701 Hommes

32/202 Hommes 40-49 ans

 

On parle de nous!

Info Dimanche, jeudi 21 juin 2012