Il y a eu un accident, il y a eu une convalescence, il y a eu des vacances, des voyages et des rencontres.

photo photo_3_

Port Soller et Port de Valldemossa, Majorques

photo_6_ photo_8_

Le Beaujolais et Paris, août 2012

Pour lui, il y a eu une fin de préparation pour un marathon. Et puis il y a eu cette blessure qui ne s’estompait pas et des prévisions météo angoissantes.

photo_5_

Après l'entraînement estival, un petit verre de sangria maison!

Sans grande surprise, tous les plans pour le marathon des Deux Rives ont été chamboulés.

Mettons tout de suite de côté la principale épreuve, celle qu’on prévoyait courir tous les deux : le marathon. Avant ma chute, je l’avais comme objectif d’entraînement estival. Avec Daniel, c’était notre projet pour Boston 2013.

Mi-juillet, je capitule pour le marathon ne sachant même pas quand je pourrai retrouver mes chaussures de course. Daniel, lui s’accroche, même si la fasciite plantaire est douloureuse.

Cinq semaines après l’opération, et abstinence de course, je m’essaie par un premier jogging. Les sensations sont super, je revis et les espoirs renaissent! Tout va bien, même trop bien. Les jours suivants, je tente un peu de vitesse. Tout ça est trop vite et déjà les premières courbatures se font sentir. Mais ce n’est pas grave, je constate que les jambes sont au rendez-vous et j’envisage donc d’être au marathon des Deux Rives, mais sur le 10km. Entre temps, Daniel se bat de plus en plus avec sa fasciite, douloureuse à insoutenable selon les jours. De mon point de vue, il n’est vraiment pas raisonnable d’envisager le marathon dans ces conditions. Mais je sais trop bien ce qui se passe dans sa tête… Quand on a un but, un objectif pour lequel on s’est préparé, il est bien difficile de se raisonner.

Une semaine après ma reprise, les ischios sont toujours aussi douloureux, mais je continue à croire que la douleur va s’estomper. Daniel commence à consulter les prévisions météo compulsivement et, aux doutes de sa blessure, s’ajoutent les doutes d’une température très (trop) chaude. Finalement, vendredi, la décision est prise : nous ferons tous les deux le 10 kilomètres, sans objectif.

 

La course des étoiles

Comme l’année dernière, nous participons à la course des étoiles qui se déroule à Lévis. Cette course de soirées est une fête, aucun chrono, pas de classement, on peut même choisir le nombre de boucles d’environ 2 kilomètres que l’on veut faire. L’esprit est à la fête.

Lors de l’attente du départ, Denis Therrien annonce que dimanche sera une journée très chaude et qu’il n’est pas raisonnable d’envisager un chrono. Il souhaite voir tous les coureurs au fil d’arrivée, il suggère fortement de laisser les objectifs de côté et de profiter du moment présent.

Voilà qui finit par confirmer le choix de Daniel.

À 20h00, le départ de la course des étoiles est donné. L’ambiance est à la fête, il fait bon et je me laisse guider par le rythme de Daniel. C’est vite, mais je le suis. Les ischios tirent, mais de toute façon je n’ai pas grand-chose à perdre et on s’amuse. Nous faisons 4 boucles pour un peu plus de 8km et on sort après 38 minutes.

 

10 kilomètres du marathon des Deux Rives

Dimanche matin nous partons de bonne heure de l’appartement pour pouvoir se stationner proche de l’arrivée. À 6h15 nous sommes déjà à la gare du Palais pour embarquer dans l’autobus. Nous retrouvons des coureurs de Rivière-du-Loup et tout le monde est de bonne humeur!

À 7h15 nous sommes sur le site de départ. Nous en profitons donc pour jogger tranquillement puisque j’ai la chance cette fois de me réchauffer (contrairement à la Descente Royale). C’est une reprise et il ne faudrait pas que cette course soit fatale pour la suite de l’automne. D’ailleurs, les ischios étaient encore si raides que j’ai décidé de me faire deux tapings pour contrôler la douleur.

Dès 7h50 nous allons nous placer pour ne pas être en arrière. Il y a beaucoup de monde. Nous devons jouer des coudes. Et malheureusement, nous constatons facilement que des coureurs ne sont pas à leur place … même les lapins de 45minutes et 1h ne respectent pas l’ordre et sont en arrière de la ligne de départ …

À 8h00, lorsque le départ est donné, nous partons vite pour quitter le flot des coureurs. On double, on double … Tout va bien, les premiers kilomètres sont rapides, nous sommes en bas de 4:11/km, mais tout est sous contrôle. Il fait chaud, mais c’est très tolérable. Le soleil de 8h00 n’est pas agressant. Par prévention, je ne manque aucun ravitaillement. Je prends de l’eau avant tout pour m’asperger. Daniel m’encourage. Dès le 4ème kilomètre, j’ai plus de difficulté à lui répondre … Et puis je me laisse prendre au jeu et je décide de donner le meilleur. Nous nous faisons encourager et c’est très motivant. Mais après le 5ème kilomètre, l’allure baisse et j’oscille entre 4:18/km et 4:20/km. L’entrée dans Québec est difficile. Inévitablement, avec le manque d’entraînement, je ralentis. Le cardio n’est pas à son meilleur d’autant plus qu’il reste ce faux plat avant la gare du traversier. Mais les encouragements sont plus nombreux et sur ce dernier kilomètre Daniel me demande d’aller chercher un à un les coureurs en avant. Il me dit qu’en allongeant la foulée se sera plus facile … et oui, c’est vrai, c’est « un peu » moins exigeant!

10km_qucAllure synchro avec mon prince charmant sous le château!

Enfin, dans les deniers 500m j’aperçois le chrono qui affiche 42 minutes et des poussières, alors l’idée folle d’arriver en bas de 43:30 est mon ultime motivation!

 

Super arrivée sur le tapis rouge avec Daniel, nous bouclons ce 10km en 43:20.

10km_arriv_eMême chrono, mêmes médailles!

C’est super, même si j’ai eu de la difficulté à finir, je suis contente de ce retour. Je n’ai eu aucune douleur à la clavicule et les ischios ont été très bien soutenus par les tapings.

Ce temps correspond à un de mes meilleurs chronos de 2011, alors je suis super motivée pour reprendre l’entraînement cet automne!

 

Résultats

Émilie

Temps : 43:20 (4:20/km)

67/2978 Participants

9/1848 Femmes

2/616 Femmes 30-39 ans

Daniel

Temps : 43:20 (4:20/km)

68/2978 Participants

59/1128 Hommes

12/279 Hommes 40-49 ans