C’est la fin de semaine dernière, les 25 et 26 mai, que se déroulait l’édition 2013 du Marathon d’Ottawa, incluant les épreuves du 5 km et du 10 km le samedi soir, les marathon et demi-marathon le dimanche matin. Ultime objectif printanier pour bon nombre d’amis coureurs, nous étions une importante délégation pour ce rendez-vous annuel de courses.

Pour Daniel et moi, c’était notre premier voyage ensemble à Ottawa. Après quelques imbroglios pour la chambre d’hôtel, nous avons atterri à l’hôtel Holliday Inn. judicieusement placé au centre des différents circuits reliés au marathon.

Arrivés tard vendredi soir, nous avons profité du samedi pour visiter l’exposition du marathon afin de retirer nos dossards. Le reste de la journée s’est écoulé tranquillement. Nous sommes sortis faire un petit 20 minutes de course pour se mettre en jambe et repérer le dernier kilomètre et la ligne d’arrivée, tout ça à deux pas de l’hôtel. Nous sommes allés rejoindre une partie du groupe au marché By pour le souper puis nous avons convergé vers le parcours du 10 kilomètres. Nous souhaitions voir plusieurs coureurs à l’œuvre, dont le champion du monde, Geoffrey Mutai.

Photo_OttawaDes supporters très tranquilles en attente

Le marathon et le demi

Dimanche matin, puisque nos départs respectifs étaient à 2 heures d’intervalles, le réveil s’est fait en deux temps, d’abord Daniel, à 4h30 puis moi à 5h45.

Puis, à 6h20 nous avons quitté l’hôtel pour rejoindre les amis qui avaient prévu la traditionnelle photo de groupe.

Photo_Fil_Oup_Ottawa_2013Les marathoniens prêts, les demi-marathoniens moins!

Ils étaient huit à prendre le départ du marathon. Je suis restée avec Lorraine et Martin qui participaient au demi. Une fois le départ donné et de retour à l’hôtel, nous avons pu suivre une partie du marathon à la télé et à 8h15 c’était à notre tour d’aller nous préparer vers la ligne de départ. J’ai fait un petit jogging pour me réveiller les jambes, quelques accélérations. J’étais enroulée mon sac de plastique et j’avais assez froid. J’avais prévu de courir en camisole. J’ai eu des doutes parce qu’il faisait vraiment froid et le soleil ne semblait pas vouloir se montrer et puis je me suis convaincue que c’était la bonne décision. Mais en attendant, je grelottais comme une feuille … Je me suis alors placée parmi les coureurs et la chaleur humaine m’a détendue.

9h00, le départ est donné. Je me suis placée en avant pour ne pas avoir à slalomer et ça a bien été. Nous partions avec un faible vent de dos et beaucoup d’encouragements nous accompagnaient. De ma position, je voyais le lapin de 1h30. Je ne prévoyais pas courir avec, mais sa présence en avant de moi me mettait de la pression. Après le premier kilomètre, j’ai commencé à regarder ma montre et j’avais une bonne allure. Je trouvais que le lapin était assez rapide pour 1h30. À deux kilomètres, j’ai reconnu un coureur du Coureur Nordique. Je l’ai salué et nous avons parlé de nos objectifs. Lui, il accompagnait deux filles qui avaient un objectif similaire au mien. Je me suis donc dit que j’étais bien partie et que j’allais essayer de garder cette allure. Nous avons discuté un bon moment de nos courses passées et projets et je n’avais aucune difficulté.

Je me suis ensuite mise dans ma bulle et j’ai tenté de garder le rythme. J’ai manqué pas mal de bornes kilométriques et donc je n’ai pas réussi à laper mes kilomètres, mais cela ne me dérangeait pas. Depuis Boston, j’ai lâché prise sur ce contrôle. Je pense que je commence à mieux me connaître et à courir selon mes sensations. L’allure était rapide, j’arrivais à la maintenir, c’était l’essentiel. Je n’ai pas trouvé le parcours facile. En fait, j’avais l’impression d’enchaîner les faux plats, sans vraiment bénéficier des descentes ou du vent de dos qui était plus embêtant quand on l’avait de face. Je n’ai pas eu de périodes où je pouvais vraiment me laisser aller.

Emilie_Sprint

Focus, focus!

Je suis arrivée au 10ème kilomètre en 42:20, j’ai commencé à faire mes calculs et comme je me sentais toujours bien j’ai eu une bonne dose de confiance. J’ai poursuivi en bonne condition jusqu’au 15ème kilomètre. J’étais seule, c’était dur, mais je sentais mes jambes fortes. J’ai repensé à tous les entrainements réalisés seule avec le vent. Ces entrainements que je trouvais si difficiles, ils étaient payants aujourd’hui!

Danielle_Emilie_et_les_ampoules

Avec Danielle et ses ampoules du marathon!

Puis, vers le 16ème kilomètre nous avons enchaîné une série de côtes. C’est à ce moment que le groupe du Coureur Nordique m’a rattrapée. Ouf, ça m’a donné un coup et j’ai senti la fatigue m’envahir … Là, alors que je trouvais le parcours difficile, que les jambes étaient lourdes, j’ai eu peur de m’être trop laissée aller dans les kilomètres précédents. J’ai eu peur d’avoir laissé toute l’énergie dont je devais avoir besoin pour passer ces « montagnes russes ». Mais je me suis dit qu’il ne fallait pas laisser d’écart entre moi et ce groupe et je me suis accrochée. Après avoir monté, vers 17,5 kilomètres, non seulement la foule était dense, mais en plus nous retrouvions les coureurs du marathon. J’ai eu un regain d’énergie alors que je retrouvais mes amis marathoniens. Au fil des kilomètres, j’ai reconnu trois de mes amis, je les ai d’abord surpris (réveillés?) puis encouragés à donner tout ce qui leur restait. La fin était proche, mais elle était pénible pour tout le monde. Le dernier kilomètre a été très difficile, le décompte par 250 mètres paraissait le double! J’ai puisé dans tout ce qu’il me restait puis j’ai vu l’arche d’arrivée et le chrono à 1h29. J’ai franchi le tapis en 1h29 et 47 secondes. La barre des 1h30 a été cassée!

 

J’ai vite retrouvé le groupe des marathoniens. Tous étaient soulagés d’en avoir fini avec les 42,2 kilomètres. Il manquait Daniel à l’appel, mais un ami m’a annoncé l’avoir vu partir avec le lapin de 3h05 dès le début. Alors même si je savais que Daniel allait réussir son marathon, j’avais hâte de savoir quel temps il lui avait négocié!

Enfin, parmi tous les coureurs emmitouflés dans les couvertures de survie, nous nous sommes retrouvés. Il avait le teint bleu, il grelottait … mais il était content. Son temps? 3h08!

Daniel_d_termin_

Un marathonien déterminé!

Serons-nous à Boston tous les deux en 2014? Oh que oui! L’objectif a été réussi sur toute la ligne!

Résultats :

Émilie

Temps : 1:29:47 (4:16/km)

279/9911 Participants

26/5410 Femmes

3/1020 Femmes 35-39 ans WO WO WO simili-podium!!!

Daniel

Temps : 3 :08 :22 (4:28/km)

286/4922 Participants

260/3141 Hommes

31/453 Hommes 45-49 ans