Portageur

Deuxième participation à cet évènement qui en était à sa 5ème édition déjà. Une course populaire organisée dans un esprit bon enfant et pour les familles.

J'avais pris part à la première édition et je ne gardais pas un merveilleux souvenir du 10 kilomètres. Je l'avais trouvé difficile malgré le fait que je connaissais pourtant bien le parcours : plusieurs entraînements y avaient été réalisés. Je me souviens de mon temps très médiocre et surtout de ma démotivation durant la course ...

Cette année, je n'avais pas de réel objectif. Mon dernier 10 kilomètres couru à Sherbrooke en juin dernier avait été assez décevant. À cause du chrono réalisé mais surtout à cause des mauvaises sensations ressenties pendant la course : jambes lourdes, lassitude, chaleur... En fait une fatigue générale s'était installée après un printemps bien chargé : records sur marathon et demi-marathon (les deux en l'espace d'un mois), continuité dans l'entrainement pour les 5 kilomètres de la course des Pionniers et le 10 kilomètres à Sherbrooke. Tout ça m'avait  grugé pas mal  d'énergie et en juin j'avais hâte aux vacances!

Aussi, commençant à connaître mes forces, je réalise que l'automne est une saison difficile pour réintégrer un entraînement soutenu et me remettre dans le bain des compétitions. Alors en ce samedi de novembre, j'aspire seulement à courir pour le plaisir et à m'amuser.

Nous sommes chanceux, les conditions semblent favorables. Certes il y a un petit vent d'est, mais il ne semble pas trop nuisible. Ce vent signifie que lorsque nous tournerons au 3ème kilomètre, nous bénéficierons de sa force dans le dos pour compléter les 5 kilomètres suivants. Personnellement, c'est assez déterminant pour le moral!

12h15, le départ est donné. Je me suis placée en avant alors assez vite je vois les chevronnés partir en tête, dont AA qui sera, sans surprise, la première fille. J'essaie de ne pas m'emporter. Après le premier kilomètre, le groupe de tête s'est étendu et je réalise qu'une coureuse est à mes côtés. Elle semble avoir une allure similaire alors je me dis que nous pourrions faire un bout de chemin ensemble. Je me cale à ses côtés et regarde ma montre, l'allure est confortable mais pas digne d'un 10km selon moi! Comme je sens que je dors un peu ... j'accélère, mais elle s'accroche. Insécure, je ralentis pour rester à ses côtés, et reconsultation de la montre : on ralentit. Reaccélération. En fait ce sera le scénario jusqu'au 3ème kilomètre ... C'est assez pénible, mais je ne me sens pas confiante pour prendre le lead avec le vent de face.

avant_le_4km

Deux coureuses sur la route du fleuve ... (Photo jparseno)

3ème kilomètre, on vire, demi-tour et ouf, ça allège les jambes ce petit vent de dos! Là, je suis un peu tannée de jouer au yoyo, alors go, je me cale instinctivement sur une bonne allure, confiante que le vent me soutiendra. Et là, dans mon angle mort, je ne vois plus la partenaire. Or, je sais qu'elle n'est pas loin puisque lorsque nous croisons les coureurs, elle se fait encourager par ses amies qui lui crient "Go, t'es 3ème!".

J'essaie donc de rester concentrée et de garder la vitesse. Je ne regarde plus ma montre, je me sens assez bien comme ça. Je rattrape des coureurs et cela me donne confiance. Mon seul indice est que je n'entends pas de pas ni de respiration en arrière de moi. Je porte mon attention sur ma foulée et reste concentrée: "ramène le haut du corps vers l'avant, attaque par le devant du pied, aide-toi de tes bars, regarde en avant, etc.". Je me parle beaucoup en fait (!) et lorsque nous passons le 6ème kilomètre, la foule nous offre une bonne dose d'énergie pour repartir vers les 7 et 8ème kilomètre avant de refaire demi-tour.

passage_du_6km

Passage devant l'église, 6ème kilomètre (Photo jparseno)

Il nous reste 4 kilomètres, dont deux encore avec le vent de dos. C'est un peu plus difficile, mais je ne veux pas lâcher. Déjà on rencontre les premiers coureurs qui ont fait leur dernier demi-tour. Et Daniel m'encourage! Je m'accroche et c'est à mon tour de passer le 8ème kilomètre. Oh boy! Le vent de face me surprend! Je vois aussi que la troisième coureuse est là, à quelques mètres de moi. Je redouble de concentration sur la foulée, c'est le seul moyen d'être efficace et de finir forte. Il y a plusieurs dos d'âne qui cassent l'allure. Je croise les coureurs qui font leur 7ème et 8ème kilomètre, je voudrais les encourager, mais j'ai le souffle court ... j'ai un but et je ne veux pas le perdre.

arriv_e_dan_chrono

Daniel arrive! (Photo jparseno)

Dernier bout, derniers 500m, j'entends les encouragements et je donne tout ce qu'il reste dans les jambes. Enfin l'arche d'arrivée et le chrono où je suis surprise de voir 41 minutes!

Dan_arriv_e_emilie

J'arrive à mon tour et Daniel semble content! (Photo jparseno)

Je passe le fil à 41 minutes 21! Sur le coup, je ne me rappelle pas de mon meilleur temps, mais il me semble bien que ce soit un de mes meilleurs sur 10 kilomètres. Je termine aussi deuxième chez les femmes derrière la talentueuse AA!

Quelle bataille! Après le demi-marathon à Rimouski où j'avais réussi à remonter 2 coureuses sur les 10 derniers kilomètres, je peux dire que là aussi j'ai travaillé fort!

Après vérification, ce temps est bien mon meilleur sur 10 kilomètres.

L'année 2013 des compétitions s'achève là.

Une très belle année (même si je n'ai pas été assidue sur le blog ...) : meilleur chrono sur marathon, sur demi-marathon et 10 kilomètres.

Tout ça est encourageant pour la suite!

Émilie

10km - Temps : 41:21  (4:09/km)

12/144 participants

2/64 Femmes

1/29 Femmes 30 - 39 ans

Daniel

10 km - Temps : 39:20 (3:57/km) 

7/144 participants

6/80 Hommes

4/29 Hommes 40 - 49 ans

5 km - Temps : 17:59 (3:36/km) 

4/200 participants

4/79 Hommes

1/15 Hommes 40 - 49 ans

 

On parle de nous!

Info Dimanche, lundi 4 novembre 2013

Le Placoteux, mardi 5 novembre 2013